Infos flash

Le 8 Aout 1998: L’impressionnant Casse du Distributeur Automatique de Billets

casse-distributeurs de billets Trèbes aout 1998En 1998, le 8 août au petit matin, alertés par le voisinage, nous étions sur l’avenue Pasteur pour prendre la mesure de ce qui avait été quelques minutes plus tôt l’incroyable scénario du rocambolesque casse des distributeurs de billets.

Les Faits
Un peu avant 4h, ce matin là, un commando de malfrats investissait le centre ville avec l’objectif d’emporter un ou des D.A.B. (distributeur Automatique de Billets). Rien n’avait été laissé au hasard, deux voitures en travers de la route,  l’une dans le virage près de l’étude de Notaire, l’autre sur le pont du Canal bloquaient totalement la circulation avec tout à côté des hommes cagoulés qui faisaient signe aux automobilistes qui se présentaient de faire demi-tour. Un autre véhicule faisait des aller-retours sans doute destinés à intimider les éventuels piétons. Sur ce périmètre bouclé, le gang s’est tout d’abord attaqué au DAB de la Caisse d’Epargne tentant de le déceler du mur avec l’angle arrière d’un camion ( qui par ailleurs était doté d’un bras élévateur). Durant plusieurs minutes à grand coups de camion bélier le chauffeur guidé par ses complices eux aussi cagoulés et gantés, a tenté de démolir le mur de la banque. Les voisins immédiats assistaient stupéfaits à la scène de leurs fenêtres. Les tentatives à cet endroit là, s’avéraient au final infructueuses  et le DAB du Crédit Agricole tout à côté était lui « protégé »  par des voitures stationnées devant. C’est donc au DAB de la Banque Populaire sur l’avenue Pierre Curie que les malfrats se sont attaqués dans un deuxième temps. Là ce sont d’autres spectateurs qui ont suivi toute l’opération de leurs fenêtres. M. Montès, le receveur de la poste qui a l’époque occupait le logement de fonction dans la bâtisse voisine, s’est adressé aux hommes cagoulés qui se sont contentés de lui jeter des morceaux de parpaings du mur qui commençait à céder, pour l’inciter à s’éloigner de sa fenêtre.  Tous les témoignages évoquaient une organisation maîtrisée par une douzaine d’hommes et des malfaiteurs sans armes étrangement calmes «  On aurait dit un film, chacun avait son rôle, ils n’avaient pas l’air de s’inquiéter de nos regards. »  A la Banque Populaire, l’action sera brève et efficace: Après avoir descellé le DAB, ils ont tranquillement tiré celui ci à l’aide du câble du bras élévateur du camion, qui leur permettait ensuite de le déposer dans un fourgon C25, dont ils avaient préalablement découpé le toit.  Le commando a alors quitté les lieux laissant sur place le camion moteur allumé, un trou béant dans le mur de l’agence et les témoins abasourdis.
Jusqu’à l’aube, les gendarmes de la brigade de Trèbes alors commandés par l’Adjudant Pierre Garcia et de la Brigade de Recherche Départementale recueillaient les éléments et témoignages sur les lieux de ce rocambolesque événement.
Dans leur fuite le gang forçait un portail d’accès autoroute du côté de Fontiès, ils ont abandonné là une 309 Peugeot. En cours de journée le fourgon C25 avec le DAB vidé de son contenu ( +de 150 00 F) était retrouvé du côté de Bizanet ainsi qu’un autre fourgon IVECO avec à l’intérieur un chalumeau et une Honda Civic.
Dès le samedi à 13h le casse de notre ville était en ouverture des journaux télévisés tant les faits étaient exceptionnels et ce ne sont pas les habitants de l’avenue Pasteur qui vous diront le contraire!

casse-distributeurs de billets Trèbes aout 1998-bL’enquête
Dans les jours qui ont suivi, un tas de faits venait étoffer le dossier et permettait de reconstituer le puzzle…
Les malfrats avaient fait leurs « emplettes » en début de nuit sur un tracé qui les menait chez nous:  Le vendredi soir un peu avant minuit, près de Névian deux voitures avaient barré la route à la BMW d’une famille de Belges. Sept hommes cagoulés avaient foncé en direction du couple et de leurs deux enfants, qui avaient verrouillé les portes de leur véhicule. Les malfaiteurs ont aussitôt brisé les vitres à l’aide de battes de base-ball et d’un extincteur, obligeant les occupants à prendre la fuite à pied. Sur l’autoroute des automobilistes entre Beziers et Narbonne avaient vu des gens cagoulés dans deux voitures dont une Golf comme celle vue à Trèbes plus tard dans la nuit. Le vol de la 309 se situait dans le Minervois. Le fourgon IVECO avait été volé à Montredon  des Corbières et le C25 à Floure, le camion avec bras élévateur avait été volé au garage Peugeot Razous. C’est non loin  du rond-point de l’Europe près du passage sous la voie ferrée qu’un joggeur trouvait plus tard le toit du fourgon découpé.
Cette sacrée organisation qui ressortait de l’enquête  permettait aux enquêteurs de regrouper leurs investigations avec celles qui concernaient dans les 2 mois précédents 19 attaques réussies ou non de DAB en Languedoc Roussillon , Provence-Alpes-Côte-d’azur. Néanmoins celle perpétrée à Trèbes était de loin la plus impressionnante par son mode opératoire, puisque l’on pouvait estimer à au moins 7 ou 8 chauffeurs qui ont opéré simultanément.
Le dénouement
Le travail de tous les services concernés permettait quelques mois plus tard de mettre sous les verrous tout un groupe de personnes issues de la communauté des gens du voyage.
Nos négatifs des images de cette nuit là ont souffert mais vous pourrez tout de même estimer l’ampleur de l’évènement.


Si vous consultez le site sur un Ipad vous pouvez voir les images de ce sujet Cliquez ICI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page