Infos flash

Archives par mois : janvier 2012

L’Accueil Solidarité un espace chaleureux et bienveillant

       Depuis septembre dernier, une nouvelle structure offre un espace ouvert aux personnes en difficulté. « L’accueil Solidarité » découle de la volonté de Patrick Gandoulas,  de créer un endroit identifiable où ceux en besoin d’écoute puissent se rendre. Le groupe qui s’est mobilisé pour réaliser ce projet, s’est appliqué à ne pas entrer en concurrence avec les autres associations et structures qui œuvrent déjà sur Trèbes. Bien au contraire, les hommes et femmes qui donnent de leur temps pour assurer les permanences, se sont longuement concertés pour trouver leur place parmi ce qui existe déjà. L’Accueil Solidarité offre un espace, joliment aménagé, où celui ou celle qui traverse des difficultés peut s’ouvrir, déverser son trop-plein de peines ou de soucis. Les lieux ont été pensés pour recevoir les familles avec un coin où les enfants peuvent se détendre. 

accueil-solidarite 

Bien souvent, dans une situation problématique, la personne n’est plus en mesure de réagir et d’entrevoir les solutions. C’est en fait à ce premier besoin que les bénévoles de cet espace veulent répondre: écouter, comprendre et aider la personne à envisager un lendemain meilleur et à se remettre debout et cela dans un climat amical,  rassurant, de confidentialité et tout cela sans tomber dans le paternalisme.  Depuis septembre les bénévoles se sont informés, documentés, pour pouvoir diriger au mieux ceux qu’ils rencontrent, vers les  structures, professionnels et associations en adéquation avec leurs difficultés.     

Mais l’accueil solidarité veut être  aussi un sas de décompression, un lieu où l’on n’est pas dans l’obligation de se confier, mais où l’on peut seulement dialoguer de tout et de rien, juste pour oublier durant un temps ses problèmes dans un échange positif. Toute personne qui vit son quotidien dans un isolement complet, peut ici simplement rencontrer d’autres êtres humains, briser sa solitude autour d’un café, un thé et petits gâteaux.

Les motivations des bénévoles sont multiples et se complètent, mais elles reposent toutes sur un point commun : l’envie d’aider. Certains d’entre eux ont déjà par le passé donné de leur temps dans d’autres structures, et ont pu réaliser que dans ces contextes là, ils ont aussi énormément reçu, appris l’humilité, la compréhension sans jugement aucun.  André, Claire, Francine, Françoise, Geneviève, Manuela, Mireille, Marie Pierre, Martine, Marie Jo, Michèle, Nicole, Philippe trouvent eux mêmes dans ce groupe une simplicité bienveillante et bénéfique qui amplifie pour eux l’envie de la partager.

Le groupe d’accueil trouve peu à peu son équilibre, son efficacité, et envisage de dynamiser et faire évoluer ce point de rencontre avec des activités et autres projets.

Vous-même ou des personnes que vous connaissez, pouvez franchir simplement la porte de l’Accueil de 14 h à 15 h 30 tous les vendredis. Maison St Etienne (rue à droite de la mairie , 1ère porte à gauche dans la cour , au 1er étage) 

La Galette de la GV

       Les membres de la GV n’ont pas dérogé au traditionnel rendez-vous autour de la galette des rois. Ce moment de convivialité avait été programmé entre deux cours.

 

Le Garage Stef s’installe avenue du Général de Gaulle

 

garage-stef

      Vous avez peut être constaté en empruntant l’avenue du Général de Gaulle, une reprise d’activité sur l’espace qu’occupait jusqu’à l’été dernier le Garage Gazzin…  En effet, Patricia et Alain Stef qui recevaient, avec la gentillesse qui les caractérise, les Trébéens à la station Dyneff  depuis  10 ans, déplacent de quelques centaines de mètres leur sens de l’accueil et les compétences en mécanique auxquels ils nous ont habitués. 

En s’installant le 9 janvier dernier dans ces locaux vacants qui arboreront  bientôt l’enseigne  « Garage Stef », la vie et les conditions de travail de ce sympathique couple  vont vers une considérable embellie.

Après avoir été tributaires de leur travail, au point de n’avoir pu prendre de congés durant 16ans, ils savourent une qualité de vie dans laquelle ils redécouvrent le mot loisirs et le plaisir de la détente avec leurs enfants.  Avec des horaires beaucoup plus raisonnables, c’est le sourire aux lèvres qu’ils investissent  leur nouveau cadre de labeur.


Pour Patricia, les heures de présence seront ici plus sereines, et l’échange avec la clientèle trouvera un contexte plus amical, plus paisible.  Nous leur souhaitons un avenir meilleur et épanouissant dans leurs nouveaux locaux. 
Alain, dans les 200m²  du garage, peut enfin travailler à son aise. Les deux ponts élévateurs ( il en prévoit même un 3ème)  lui permettent d’optimiser ses qualifications en mécanique toutes marques.  Ce nouvel espace lui offre de multiples possibilités comme accueillir désormais les utilitaires, ou envisager  l’acquisition de matériel de diagnostic. La surface parking l’autorise aussi à développer la vente de voitures d’occasion.

En attendant que leur opérateur téléphonique veuille bien leur attribuer un numéro d’appel, vous pouvez composer pour les joindre le 06 81 11 66 70

L’amicale des Donneurs de Sang Tend La Main aux Bonnes Volontés

philippe-rouzaud

Comme nous vous le disions recemment, l’Amicale des Donneurs de Sang, dont l’activité sommeillait ces dernières années, se redynamise. L’appel aux bonnes volontés dont nous avions fait écho, en vous signalant la réunion d’information  qui vient d’avoir lieu , est plus que jamais d’actualité 

Philippe Rouzaud le président peut compter sur la motivation de Claudine Parusso et Christelle Pérez qui assureront désormais le secrétariat et la trésorerie de l’association. Elles nous confiaient le faible bilan de  « poches » recueillies lors de la dernière collecte, à peine une trentaine pour nos 6000 habitants alors que Conques avec une population de 2000 âmes enregistre une moyenne de 90 donneurs.

Une situation qui repose sur le manque d’information  évident  en amont des journées de dons. Prêts à contrer la faille, les membres du nouveau  bureau mettront tout en œuvre pour que les prochaines dates déjà programmées (le 20 juin et le 7 novembre) soient un succès.

Une bonne communication est impérative et pour cela, l’équipe à besoin de volontaires qui dans la mesure de leurs possibilités pourront : diffuser l’information en déposant des flyers chez les commerçants et autres lieux fréquentés, aider à la mise en place de totems et banderoles. L’investissement de chacun n’est-il pas  la clef de grandes réussites ? L’association peut, bien évidemment, compter sur nous pour relayer l’info.

L’association  des Donneurs veut aussi redonner tout son sens au vocable « Amicale » et se penche sur l’organisation de repas qui réuniraient les donneurs et resserrerait les liens conviviaux entre ces gens généreux.
Vous pouvez d’ores et déjà en apprendre plus sur l’importance du Don de Sang qui nous concerne tous sur le site http://www.dondusang.net
Vous pouvez contacter Claudine et Christelle au 04 68 78 51 33 aux  heures de bureaux. 

Trois Awards pour la Base Trébéenne Le Boat

       La base trébéenne sous l’enseigne « Le Boat » fait partie de cette gigantesque société d’envergure européenne, regroupant sous une même bannière les trois compagnies sœurs Crown Blue Line, Connoisseur et Emerald Star. Sa flotte compte 930 bateaux de location répartis sur 45 bases dont 26 en France.

Tout en appliquant les chartes de la société, la base du port de Trèbes, sous la direction de Jean Michel Ségarra, fonctionne à dimension humaine. Ce critère d’importance a sans nul doute contribué à l’attribution des trois distinctions que viennent de recevoir la base et son directeur. En effet Le Boat leur a décerné  les « awards 2011» (prix ou récompenses pour les non-anglophones)  de : 1) base de l’année, 2) Maintenance Vision (service réparation) et  3) Meilleur chef de base.  Ces prix étant déterminés sur les retours d’avis de clientèle, ils reflètent la satisfaction qu’a suscité l’équipe de Jean Michel au cours de la saison dernière.

Arrivé en février 2011 Jean Michel Ségarra, a considérablement imposé à la structure sa « patte » en matière de management.  Il est un ancien de la Crown Blue Line et a entre autre dans ses bagages une étape à Port Cassafières, la plus importante base d’Europe. Pour cette 4ème année sous la bannière « Le Boat » ces trophées pour la saison 2011 récompensent l’esprit qu’il a su insuffler à son équipe. A l’année l’effectif est de trois personnes, mais en saison, il atteint les 10 voir 12. Lorsqu’il a remonté l’équipe en arrivant à Trèbes, Jean Michel a privilégié la main d’œuvre locale. Son leitmotv est de les motiver, les intéresser, leur offrir des perspectives d’avenir. En structurant l’équipe il avait l’objectif de «  mutualisation des compétences en vue d’améliorer les prestations de la base » … noble ambition atteinte et aujourd’hui reconnue par la direction de la Société qui lui décerne ces 3 « awards ».  Sa logique de management est d’inciter le groupe à favoriser « le coup de main » plutôt que le « laisser faire » ou  « l’enfoncement » lors d’un constat d’erreur ou de difficulté.

Heureux des distinctions reçues, auxquelles il associe pleinement les membres de son équipe, Jean Michel envisage la saison prochaine avec optimisme et sérénité. Il verra sa flotte locale s’agrandir et compter 20 bateaux, avec l’arrivée de 4 « Visions ». Ces nouveaux bateaux dont certains hybrides ( mi électriques, mi diesel) reflètent par leur nom leur capacité à offrir plus de visibilité aux voyageurs par un vitrage  et un espace terrasse plus important.
Nos félicitations à l’équipe Le Boat Trèbes !

 

Passation de pouvoir pour la Ste Barbe de nos Pompiers

       Les cérémonies de la Ste Barbe chez nos pompiers revêtaient cette année un caractère tout particulier puisqu’elles incluaient la passation de pouvoir entre le Major Patrice Poccédu et l’adjudant chef Jean Claude Calmet  récemment nommé à la tête de notre centre de secours. En présence des diverses personnalités dont leur grand patron le Colonel Bénédittini , leur président Jacques Hortala et les représentants du canton et de la ville, de la gendarmerie et de la police municipale et des familles le cérémonial s’est déroulé sans faute avant de laisser place aux prises de parole. Une belle journée pour l’adjudant chef Calmet entouré de ses deux familles celle du sang dont ses parents et son fils Adrien et celle des pompiers. Pas de répit pour nos valeureux hommes, qui “bipés en fin de célébration sont partis en intervention pour une chute de personne. D’autres, avec les véhicules du centre, ont effectué un tour de ville symbolique sirènes hurlantes, partageant ainsi cette fête de leur sainte patronne avec les Trébéens.

La Vidange du Lac

       C’est dans la lumière encore rougeoyante de l’aube, que les premiers pêcheurs se sont mis en œuvre au lac pour une matinée exceptionnelle. L’objectif du jour était de terminer la vidange de l’étendue d’eau en sauvant un maximum de ses habitants. Nous avons suivi, pas à pas, les opérations pour un reportage comme nous aimons les réaliser et vous les faire partager.
Précédemment, le niveau du lac avait déjà été réduit de moitié… Très tôt ce mercredi matin, les vannes permettant l’évacuation des eaux vers l’Aude étaient rouvertes et une équipe se mettait en place pour récupérer un maximum d’alevins à la grille de sortie. D’autres bénévoles mettaient à profit l’attente des techniciens de la Fédération de Pêche et du matériel de sauvetage, pour sortir de la vase et des bords les immondices  qui souillaient  l’étendue d’eau.

Les Préparatifs

Dès son arrivée, Henri Chavanette, hydrobiologiste chargé de missions à la Fédération, faisait un point avec les principaux responsables de la Société de Pêche Trébéenne : définissant le déroulement des opérations, les tâches à effectuer et le nombre d’hommes nécessaire. Deux autres membres de la Fédé l’avaient rejoint.

Lors du breafing général, Henri Chavanette  mettaient en exergue quelques points cruciaux: la durée de vie des poissons hors de l’eau étant limitée, il appuyait sur  l’importance d’agir rapidement. Plusieurs postes, tels que la table d’enregistrement des poids, mesures et quantités étaient mis en place. D’autres trébéens devaient se charger du marquage des poissons (qui permettra dans l’avenir des études des populations aquatiques) et de l’application d’un désinfectant après l’acte.  La première contribution des bénévoles trébéens venus nombreux s’est présentée en une chaîne humaine pour remplir les containers.  Plusieurs contenants,  alimentés en oxygène, étaient ainsi fin prêts pour accueillir les poissons par types d’individus.

En chef d’orchestre de cette opération d’envergure, le technicien de la Fédé, exposait ensuite les consignes pour ceux qui allaient participer à cette mission sauvetage pratiquée à la pêche électrique au cœur des manœuvres . Tous ceux qui intervenaient dans l’eau devaient impérativement enfiler des waders en néoprène et gants en caoutchouc, afin d’être protégés par ces isolants des décharges électriques. Les épuisettes en alu étaient bannies au profit de celles mises à disposition disposant d’un manche de bois. A son tour Henri Chavanette s’équipait de son matériel : Un wader bien évidemment, un boitier contenant des batteries capables de transmettre  à l’anode (cercle au bout d’une tige sur nos photos) des charges de 200 à 380 volts. Un procédé qui assomme seulement et momentanément le poisson.

En action…

L’équipe opérationnelle intervenait tout d’abord dans la vase au milieu du lac pour la récupération de quelques individus  dont une anguille que vous pouvez apercevoir sur l’une de nos photos.

La vidange du lac était alors stoppée, et la partie la plus sportive de cette matinée pouvait alors commencer….

C’est sur le  1/5ème environ  du lac, plus profond coté pont de l’Aude, que les hommes ont pris place. Une poignée d’entre eux, avaient en charge le filet, qui tendu d’un bord à l’autre permettait de réduire peu à peu la zone d’intervention et faciliter ainsi le travail de ceux qui récupéraient les poissons.  Comme s’y attendaient les responsables de l’association de pêche locale, leurs craintes étaient bien fondées,  et parmi les carpes, gardons, brochet … les indésirables silures étaient bien là . Une trentaine de ces carnassiers ont été retirés, dont le plus monstrueux qui affichait les 1, 80 mètre et 60kg, suscitant, lors de sa prise, des exclamations parmi les spectateurs massés sur les berges.

Destinations des poissons

Le pisciculteur qui était là pour récupérer les truites, qu’habituellement il vient déverser, avait fait le déplacement pour rien puisque seulement 2 de ces poissons ont été trouvés. Nombre de carpes, brochets et autres ont été évacués dans les eaux de l’Aude où ils poursuivront leur destin, jusqu’à ce que l’appât d’un pêcheur leur soit fatal. Les silures sont partis en direction d’un étang à Bram qui est en gestion « No Kill » (pas tué),  autrement dit : où la pêche se pratique seulement avec remise à l’eau des prises. Nous avons  été très surpris par quelques autres habitants sortis du Lac : en effets nous avons découvert des écrevisses de Louisiane et des anodontes (grosses moules). Ces dernières  ne sont pas comestibles, mais sont bénéfiques pour le lac par leurs capacités à filtrer l’eau.

Bilan de la matinée

Après plus d’une heure d’actions intenses venait l’heure du bilan pour le représentant de la Fédé : sur le plan humain, Henri Chavanette estimait que les intervenants trébéens avaient été très efficaces. L’estimation du sauvetage est de 700kg de poissons, un volume que l’hydrobiologiste avait envisagé à la baisse, en tenant compte du fait que le lac, ayant un liner en son fond, ne permet pas l’échange qui se produit entre l’eau et la terre dans les lacs naturels. En détails : 2 truites, un brochet (1mètre, 8kg environ), 2 anguilles, un millier de gardons, 124 carpes, 30 silures.

A midi tout ce petit monde passait à table pour un déjeuner requinquant après tous ces efforts.

Ils ont dû y revenir….

Mais en fait l’histoire ne se termine pas là… en effet, en début d’après-midi les pêcheurs trébéens s’aperçoivent qu’un « chasseur » est encore en activité dans la poche d’eau  restante. Les professionnels n’étant plus là, les dirigeants de l’association prennent la décision de vider totalement cette enclave. N’ayant plus de moyens techniques à disposition, ils ont fait appel aux pompiers trébéens et  à leur matériel de pompage pour descendre encore le niveau. Ce sont encore une dizaine de silures, une trentaine de carpes et des petits poissons à profusion qu’ils ont évacués du lac.  

Ce soir, il ne reste que 30 à 40cm d’eau, et les pêcheurs Trébéens de l’AAPPMA, ne veulent pas s’arrêter là, il n’est pas question pour eux qu’il puisse rester un seul silure dans le lac. Alors demain matin, ils se remettront au travail pour que le lac soit un total « no fish land » et n’héberge plus aucun habitant.

La date de remise en eau n’est pas encore déterminée, et une éventuelle étape de nettoyage est à l’étude. A suivre …. 

Ernesto Oña

 Janvier 2012

ernesto-ona

     Trèbes serait elle un vivier de talents ? Nous avons envie de le croire et quel plaisir que de vous conter une nouvelle réussite…! Nombre de Trébéens connaissent la famille Oña et la belle fratrie que constituent Ernest, Marie, David, Pilar, Antoine et Sonia la « Petite dernière ». En revanche peu ont connaissance de l’atypique  parcours d’Ernest l’aîné qui s’est fait un nom dans le monde du cinéma. 

Dans ses plus vieux souvenirs de Trébéen, le 7ème art est synonyme des films qu’il allait voir chaque week-end dans la salle des fêtes (aujourd’hui démolie) au cœur du village. En termes d’études et d’objectif professionnel, Ernest passe à l’aube de sa vie d’homme par des indécisions et ce n’est qu’en ayant atteint le ¼ de siècle, qu’avec une profonde remise en question, il se dirige vers une licence cinéma à Montpellier. Diplôme en poche,  mais ne connaissant personne dans ce milieu professionnel, le jeune homme ne sait quel chemin emprunter pour se faire une place. Jusqu’en 2005 il sera tout de même auteur et réalisateur de plusieurs documentaires.

Quelques années au Canada
Sur le plan personnel, Ernest rencontre et épouse Sanna avec laquelle, ils donnent naissances à 3 enfants Dolores, Rachel et Elie. L’amitié si importante pour Ernest sera à l’origine du départ de la petite famille pour le Canada où ils vivront 4 années qu’il qualifie de formidables. Là-bas, il développe une entreprise de commerce équitable, mais en parallèle le cinéma reprend sa place puisqu’il crée un festival ” Les rencontres internationales de Cinéma et Sport de Montréal”  avec le concours de la Cinémathèque québécoise 

C’est aussi là-bas qu’il écrit le scénario d’une web série mais c’est en France qu’il veut la tourner…   

Souvenirs Trébéens

ernesto-ona2Son enfance et sa jeunesse  à Trèbes, avec dans ces années là, un contexte où tout le monde ou presque se connaissait, le marquent profondément et nous en retrouverons plus tard les influences.  Il évoque avec nous « ses années bonheurs »…  La famille Oña installée en arrivant à Trèbes place de l’église, est parmi les premières à entrer dans les bâtiments tout neufs de la Cité de l’Aiguille. Ses souvenirs avec  les « Garcia, Murcia, Diaz, Diédrich, Iglésias …  lui font dire qu’il s’agissait pour lui du plus beau des quartiers où la vie était belle. Imaginez Trèbes à l’époque …  une seule école au centre ville, la piscine bondée derrière la mairie où tout le monde se retrouvait…  Tout était à dimension humaine.
C’est surement cette vision du quartier qu’Ernest met en exergue à travers ses réalisations transposées dans la vie d’aujourd’hui … Passionné de politique, d’économie, de social … il choisit la comédie pour illustrer les sujets « délicats » avec des personnages sympathiques et attachants.

ernesto-ona3Son 1er long métrage
Lors de  son retour du Canada, il s’installe à Bordeaux où il tourne cette web série qui fait le buzz (20 millions de pages vues) et lui vaut d’être remarqué par des personnes influentes de  Canal +. En 2008, un appel qu’il prend tout d’abord pour une blague… et voilà … l’opportunité de réaliser  un téléfilm s’offre au collectif qu’il forme avec des potes.  Diffusé plusieurs fois sur Canal + « En attendant demain »  croque habilement trois banlieusards et brosse sans pathos des galères avec humour et dérision. Pour cette première importante réalisation, Ernest insiste sur le fait que 80% des acteurs et comédiens étaient des amateurs. Parmi les « pros » il a filmé le talent de  Sabrina Ouazani (que l’on a pu voir entre autre dans « Des hommes et des Dieux » ou récemment «  La source des Femmes »).  Vous pouvez voir « en attendant demain » sur youtube  ( en  plusieurs parties) cliquez ICI .  Vous noterez que ses films sont signés Ernesto Oña, avec le o que mentionne son acte de naissance mais qu’un officier de l’état civil lors de sa naturalisation, lui supprime pour ( dit-il) faciliter son intégration. Avec sa double nationalité française et espagnole, il répond indifféremment et avec le sourire à Ernest ou Ernesto.

Dans le monde du Cinéma…
Depuis ce téléfilm, pour Ernest qui a aujourd’hui 47 ans, les projets s’enchainent, certains attendent dans des tiroirs, d’autres sont en cours de financements :  une  réalité dans le monde du cinéma où des mois de travail parfois n’aboutissent pas. Il travaille avec des grands  comme le producteur Marco Cherqui  (dont le film « Un Prophète » a été couronné par le césar du meilleur film).

Depuis 1 an et demi,  Ernest et sa famille vivent à Paris, ce qui facilite les échanges professionnels que lui organise son agent Cyril Cannizzo.  Le rythme s’accélère et ses réalisations  entrent de plus en plus dans l’actualité du cinéma. 2012 sera une année où le nom Ernesto Oña se distinguera à plusieurs occasions ….

ernesto-ona5

« La Dette » au Festival de Cannes

La première date à retenir est le 1er février où le court métrage «  La dette » signé Ernesto Oña  sera diffusé à 22h40 sur Canal + dans le cadre de « La Collection Donne de La Voi(e)X» qui regroupe 8 films courts. Parmi de nombreux projets que  Canal +  invitait à présenter cette fois  sur le thème « écrire pour… », (découvrir les conditions en détails cliquez  ici ) , c’est inspiré par son égérie Sabrina Ouazani, qu’Ernest a réalisé son court métrage  « La Dette » . Son film a été sélectionné aux cotés d’autres notoriétés du cinéma français (la sélection finale  cliquez ici). Présenté tout d’abord au Majestic à la Bastille, « La Dette » dans l’ensemble que constitue « La Collection », entre également dans les projections du Festival International du Court Métrage qui se déroule à Clermont Ferrand jusqu’au 4 février . « La dette » sera aussi présenté dans un autre cadre prestigieux, et pas des moindres, puisqu’il s’agit du Festival de Cannes en mai prochain. D’autres festivals devraient encore accueillir ce court métrage.  Si vous êtes sur Facebook vous pouvez voir la vidéo de Sabrina Ouazani  et Ernest qui présentent le film  cliquez ICI

Tournage en avril prochain
Même si Ernest n’arrête jamais, le mois d’avril sera une période plus intense encore avec le démarrage du tournage d’un long métrage « Mohamed Dubois ».   C’est avec le producteur Manuel Munz (qui a produit entre autres « La Vérité si je Mens ! » 1, 2 et 3) qu’Ernest  réalise ce film. Un énorme projet en gestation dont ne nous manquerons pas de vous signaler la sortie.

Travail d’écriture
Bien évidemment la vie d’un réalisateur ne se borne pas au tournage, l’écriture est aussi un considérable travail qui a une place importante dans son parcours. Le « gros morceau » qui occupera aussi 2012, repose sur un contrat d’écriture avec K’ien Productions dont le nom est associé à de nombreuses réalisations TV et Cinéma.  Cette écriture pour laquelle il espère le contrat de développement, devrait donner lieu à un long métrage qui porterait le titre de « Dégage ! » avec pour toile de fond la révolution tunisienne.

Un cordon avec Trèbes
Même s’il mène la vie trépidante de la capitale et celle du monde du cinéma, Ernest reste en permanence connecté avec Trèbes où il ne peut venir que trop rarement. En effet, il maintient le lien si important avec la famille, en appelant tous les jours sa maman Marie. Il se tient aussi régulièrement informé de la vie trébéenne à travers notre site et nous dit son plaisir à reconnaître les bouilles de ceux avec lesquels il a grandi. Même s’il a pas mal voyagé, l’Aude est pour lui le plus beau des coins et il lui fait partout une “pub de malade”.

Si vous avez Canal + ( sinon envahissez le salon d’un voisin)  , ne manquez pas mercredi 1er février la diffusion de « La dette » à 22h40.  

Cathy et Greg : nouveaux Hôtes d’ Evasion

evasion2

C’est un jeune et sympathique couple, Cathy et Greg Consola, qui vous accueille désormais à l’Hôtel Restaurant Evasion sur la Zone de Sautes. Nouveaux  maîtres des lieux depuis début janvier …  en quelques semaines,  ils ont trouvé leurs marques  et trouvent un équilibre entre horaires professionnels et vie familiale auprès de leur petit bout de chou Enzo qui a 3ans et demi.

L’expérience de Greg dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration n’est pas étrangère à leur rapide adaptation.

Avec à la base des CAP dans ces deux  secteurs d’activités, il a exercé dans divers établissements en Europe avant de s’installer à son compte à Colomiers près de Toulouse. En arrière plan familial, on peut penser à une passation de flambeau, quand on sait que le papa de Greg, José a dirigé plusieurs enseignes  Carcassonnaises dont le Terminus et le Privé. Cathy n’est pas en reste en termes d’accueil clientèle puisqu’elle exerçait dans l’immobilier.

C’est l’été dernier qu’ils ont visité une première fois l’Hôtel Evasion et une seconde visite a suffit pour que leur décision  d’en faire l’acquisition soit ferme et définitive. La partie hôtel entièrement rénovée dans les normes en vigueur, en 2010 après un incendie, n’a pas justifié de changements majeurs dans son fonctionnement.

C’est plutôt coté resto, qu’ils apportent leur touche personnelle en favorisant une cuisine traditionnelle et régionale. Dans des formules entrée/plat/dessert ( à 12,50€ ¼ vin et café offerts) ; entrée/plat ou plat/dessert ( à 10,50€ ¼ vin et café offerts) des recettes de nos grand-mères longuement mijotés  ( par Jérôme le chef au piano) telles que le pot au feu, le bœuf bourguignon ou encore la blanquette… vous seront suggérées. Le service restauration est assuré du lundi au vendredi, 12h à 14h et 19h à 21h.

C’est en tout cas un charmant petit couple qui nous arrive là et nous disons … Soyez les bienvenus !   

Ouverture de La Laverie du Pont

Danielle et Guy Di Maiolo , depuis la fermeture du pressing, se sont penchés sur le projet de créer un commerce qui remplacerait ce service disparu. C’est aujourd’hui chose faite et le couple a ouvert ce lundi cet espace multiservices. L’espace laverie met à disposition 4 machines pouvant accueillir 7kg (4€), 10kg (5,50€) et 18kg (8€ couettes, couvertures, housses de canapés) de linge, ainsi que 2 séchoirs (10minutes/1€). Ce matériel flambant neuf assure une lessive en 34 minutes et la centrale de paiement accepte même les billets de banque. La laverie est accessible 7/7 jours de 7h à 20h. Danielle assurera des heures de présence en semaine, dont les créneaux horaires définis dans un premier temps mais susceptibles d’être modifiés sont 9h-12h et 14h-19h. Ainsi une personne souhaitant lancer sa lessive et s’absenter pourra le faire en tout quiétude : Danielle pourra, pour elle effectuer l’étape séchage et la cliente pourra retrouver son linge plié, voir même repassé si elle le désire. En effet, dans une pièce adjacente à la laverie, Danielle propose un service repassage sur la base de 15€ l’heure, mais les chemises par exemple peuvent être envisagées à l’unité (1,90€ chemise sur cintre, 2€ chemise pliée).

Les créateurs de ce commerce ont également mis en place un service dépôt pressing qui bien évidemment fonctionnera aux heures de présence de Danielle. En attendant le numéro de téléphone qui sera attribué prochainement, vous pouvez dès à présent vous informer en composant le 06 22 62 19 91.

 

Ouverture du Potager de Mélodie

Cette superbe nouvelle boutique porte le prénom de la jolie demoiselle que vous pouvez voir sur nos images et qui n’est autre que la fille d’Hélène et Manu Cargoles que les Trébéens connaissent déjà, puisqu’ils ont repris la Boucherie du Canal depuis 2010.

C’est tout à coté qu’Hélène, qui est secondée par Déborah, a créé cet espace joliment agencé qui vous suggère fruits et légumes mais aussi un beau choix d’épicerie fine et produits régionaux.
Avec un goût très sûr la jeune femme a structuré l’espace de manière très harmonieuse faisant cohabiter des touches très contemporaines et des objets du passé. Dans cette caverne d’Ali Baba de saveurs et de délices des papilles, le rayon fruits et légumes s’impose dans de belles couleurs reflétant leur qualité et leur fraîcheur. Au centre de la pièce les fruits et légumes secs côtoient les épices et riz de Marseillette. La vitrine qui accueille les fromages est tout aussi alléchante que les autres espaces de la boutique. Le rayonnage wengé très tendance, renferme à lui seul une multitude de saveurs originales. Impossible de vous les lister toutes, voyez plutôt nos images…  mais surtout rendez visite à Hélène. Tous ces trésors gustatifs sont bien évidemment à savourer mais pensez aussi qu’ils constituent également une belle idée cadeau : plateaux de fromages, corbeilles de fruits ou de produits régionaux, fins… vous n’aurez que l’embarras du choix.

 

De superbes Polos pour les karatékas

       En ce début d’année 2012, le président du CAMC de Trèbes, Jean Pierre Astrié, a fait un beau cadeau aux membres du club : il a offert à chaque pratiquant de karaté et de krav-maga, enfants et adultes, un polo de belle qualité, portant l’enseigne du club. Ravis ils ont chaleureusement remercié Jean Pierre pour sa générosité

karate-jan2012-b
karate-jan2012

Les voeux et la Galette des Rois de la Paroisse

La paroisse Ste Trinité en Alaric dont fait partie Trèbes compte 28 communes et il n’est pas toujours facile de réunir tous ces fidèles. En tout cas pour les vœux et la galette des rois ils sont venus même des villages les plus reculés du Val de Dagne. Dans la salle du Foyer de Campagne à Capendu ,  autour de leurs abbés Patrick Gandoulas et Régis Alquier, ils ont partagé ce moment de convivialité et d’échanges

 

Au Centre de Secours Dédé Jambert Prend sa Retraite

       Les hommes et femmes du Centre de Secours se sont retrouvés autour d’André Jambert (Dédé pour ses amis pompiers) pour une petite réception amicale à l’occasion de son départ à la retraite après 22 ans de bons et loyaux services. Le nouveau Chef de Centre l’Adjudant Chef Calmet ne pouvait être présent à son grand regret car retenu au CODIS pour raisons professionnelles, mais l’on notait la présence de Gisèle Jourda, marraine du Centre depuis sa création. .
Dédé ce Trébéen de souche issu d’une grande et ancienne famille du village, est entré au Centre de Secours trébéen au 1er janvier 1990, deux ans après la création du corps sur la ville. A cette époque là les pompiers étaient basés à Béragne. Très vite intégré au groupe, il apporte ses compétences notamment en matière de mécanique, et passe des jours et des nuits entières pour dépanner et faire fonctionner les véhicules incendie vieux d’une quarantaine d’années. Ceux qui l’ont côtoyé se souviennent aussi de sa disponibilité pour remplacer les jeunes pompiers les vendredis et samedis en soirée, afin qu’ils puissent profiter de leur jeunesse. Son épouse, Paulette était remerciée pour la compréhension et la patience dont doivent faire preuve les conjoints de pompiers pour leurs absences dues aux heures de garde et aux longues interventions. Une pensée était aussi adressée aux enfants de Dédé, Gabrielle et Xavier.   

Stéphane Sanchez président de l’amicale, précisait  en boutade«  il s’agit d’une demi-retraite, car nous comptons bien le voir aux cotés des deux anciens du Centre, en l’occurrence Serge Papaix et Jojo Vieux, pour participer comme aujourd’hui à des moments conviviaux qui font partie de l’histoire de nos centres de secours. »

Emu, Dédé recevait ensuite son cadeau de départ et un superbe bouquet était offert à Paulette.
Puis venait  le verre de l’amitié agrémenté de petits fours offerts par le nouveau retraité. Bien sûr une soirée sans abus car l’opérationnel reste une priorité dans ces moments de fêtes. D’ailleurs ce soir là, une équipe de 8 Hommes a dû quitter la Caserne aux alentours de 20h et se rendre sur la commune de Pradelles en Val pour éteindre un feu de cheminée.
Nous adressons nous aussi nos souhaits de bonne retraite à Dédé !!!

 Info Ste Barbe

Notez que le 21 janvier, les Trébéens ne devront s’étonner ou s’inquiéter de croiser les véhicules du Centre sirènes hurlantes, il s’agira du traditionnel tour de ville de nos pompiers qui fêteront leur sainte patronne.

 

Jean Claude Calmet à la Tête du Centre de Secours

jean-claude-calmet

En prenant la tête du Centre de Secours Jean Claude Calmet revient en fait dans cette famille Trébéenne dans laquelle il a servi au cours des années 80.

Entré au CODIS en professionnel en aout 1984 il a tout d’abord eu Capendu pour corps de rattachement. Le 1er juillet 1988, Jean Claude fait partie des premiers pompiers trébéens lors de la création du centre de notre ville soutenue par Jean Sol et Roger Lacoste. A cette époque là c’est sous les ordres de Francis Martinez le chef de corps qu’il officie.

Au CODIS tout d’abord mécanicien au parc départemental, il exerce ensuite en salle opérationnelle où il est dans un premier temps opérateur, puis chef de salle  et enfin officier de salle. Dans ses bagages Jean Claude a une forte expérience, il a parmi ses spécialités opérationnelles celles de feu de forêt, des matières dangereuses, ou encore  l’instruction de conduite de véhicule hors chemins. Dans son parcours on note également des étapes qui l’ont conduit en Nouvelle Calédonie, en Corse ou encore au Kosovo dans le cadre de missions d’application de sécurité civile, de coordination des moyens nationaux et autres.

En revenant à Trèbes, Jean Claude retrouve des anciens comme Stéphane Sanchez le président de l’amicale des pompiers du Centre. Il se souvient de ses interventions marquantes en terre trébéenne comme les inondations des rues du Rhône et de Bruxelles ou l’incendie du garage Mercédès. Avec pour cette opération un souvenir tout particulier et douloureux puisque c’est le dernier feu qu’il a combattu avec  Christian Saiz qui reste dans le cœur de tous le regretté Kiki.

Avec le grade d’Adjudant Chef, Jean Claude est heureux de cette décision de l’Etat Major de le nommer à la tête du corps Trébéen qui compte une quarantaine d’hommes et femmes volontaires et deux professionnels.

Même si la passation de pouvoir ne se fera qu’à l’occasion de la Ste Barbe en fin de ce mois, le chef est déjà au travail et  trouve ses marques avec ses hommes. Nous lui souhaitons bon retour au service des Trébéens.

Superbe Réussite du 1er Rendez-Vous de la TAC avec les Trébéens

       Les professionnels de la TAC (Trèbes Artisans Commerçants) avaient programmé ce dimanche 8 janvier le tirage de leur grande Tombola. Les bulletins offerts par les membres participants devaient être déposés ce matin là dans l’urne qui trônait sur le marché dominical aux arènes. Pour patienter jusqu’au tirage, un buffet campagnard avec vin chaud et sangria étaient à disposition du public. Le nombre de bulletins, comme vous pouvez le voir sur l’une des photos du moment ( 700 environ), reflète l’engouement suscité par cette animation et ce concours qui mettait en jeu de beaux lots. Le moment du tirage venu Trich au micro a avec humour commenté l’annonce des gagnants qui devaient impérativement être présents pour retirer leur lot. Claudine Fernandez est l’heureuse gagnante de la TV écran plat 102 cm . Le bulletin du week end relais château portait le nom de Gilbert Artico qui l’a reçu des mains de Fabienne Ahier représentante d’Akéris sur notre ville. Suivait la remise des autres lots offerts par les commerçants et artisans membres de la TAC.

Pour l’anecdote la gagnante de l’un des lots qui se concrétisait sous la forme d’une carte de pêche n’était autre que l’épouse du précédent président de l’association de Pêche Trébéenne Gérard Falandry, cette dernière a gentiment remis son lot en jeu.  Pour conclure cet évènement le public a pu se régaler des délicieuses galettes des rois faites par Claude Doumenc de la Fournée Trébéenne. La TAC espère que cette animation qui sera suivie d’autres incitera d’autres professionnels trébéens à les rejoindre. En tout cas pour un coup d’essai ce fût un coup de maître.

Décès de Madame Sylvie Lucchini

Nous avons appris le décès de Madame Sylvie Lucchini

Un dernier hommage aura lieu le  8 janvier
Cliquez ICI

A tous ses proches et amis nous adressons nos pensées

bou

Répés de “La Vie Qui Va ” avec le Coll Orchestra

2012 sera une année marquante pour le Grand Orchestre Coll, avec un spectacle de grande envergure qui aura un retentissement national et international. Nous vous avions révélé les prémisses de ce projet dès l’été dernier :En juillet dernier  nous vous faisions part du lancement  du spectacle « Trenet dans Tous Ses Etats »  qu’a présenté le Grand Orchestre Coll durant la saison estivale.  Une prestation de haute volée qui a suscité une approbation unanime. Un homme a tout particulièrement été séduit par l’idée et la performance des chanteurs et des musiciens, à tel point que cela a éveillé en lui une idée ambitieuse. Cet homme n’est autre que Jacques Pessis (celui qui co-présente l’émission Chabada avec Daniela Lombroso) ami  du  « fou chantant » et auteur du livre  « Trenet, le philosophe du bonheur ». Le projet a muri et le voilà sur les rails : il s’agit d’un spectacle biographie musicale du chanteur narbonnais sous le nom de l’un de ses titres «  La vie qui va » sous titré « oratorio joyeux ».

Déjà l’été dernier Gilles Arcens nous confiait “Trenet ce n’est pas seulement le poète, ses titres sont musicalement très riches et permettent de faire sonner 30 musiciens sur des rythmes divers comme le swing ou le chacha. ” Dans la toute nouvelle dimension que prend ce spectacle, aux talents des musiciens et chanteurs de la formation, dans sa version Coll Orchestra Symphonic Big Band s’ajoutent deux autres virtuoses : Nathalie Lhermitte et l’accordéoniste Aurélien Noel.
Nathalie Lhermitte qui contribue également à l’émission Chabada est une complice de longue date de Jacques Pessis  puisqu’ensemble ils ont déjà adapté « les lumières du Music Hall » sur scène avec le répertoire d’Edith Piaf, de Jacques Brel et de Georges Brassens.

Durant deux jours, dans la salle Pierre Paul Riquet toute la grande famille de ce nouveau spectacle a travaillé sans relâche sur un répertoire scénarisé de Charles Trenet. Heure après heure sous la baguette de Gilles Arcens tous ces grands professionnels du spectacle ont enchainé les titres ponctués par la partie contée par jacques Pessis. A leurs cotés Titi (Isabelle Coll Alberti), mais aussi Robert Maurel tourneur et producteur de cette grande aventure ont également contribués à l’avancée de ce beau projet. Il régnait une ambiance studieuse certes , mais aussi chaleureuse et joyeuse très certainement due à la liesse que suscitent les titres de Trenet mais aussi au bonheur de tous de partager une telle création.

Voici les images des répétitions de ce fabuleux voyage au pays du fou chantant et deux mini-vidéos de quelques secondes qui malgré leur médiocre qualité, vous donnerons une idée du brio de ce futur spectacle.

Revenir en haut de la page