Infos flash

Hugo Miquel pérennise la Passion Musicale Familiale

Dimanche 11 Novembre 16h 

jo-hugo

A l’occasion du Festival de Jazz de Conilhac, nous avions, lors de la précédente édition,  dirigé des coups de projecteurs vers des Trébéens qui y participaient : le trompettiste Claude Egéa  cliquez Ici et le « multi-talents » Jo Moutou cliquez Ici.

Pour cette cuvée 2012 c’est à Hugo Miquel que nous accordons toute notre attention…

Ce jeune musicien n’est autre que le petit-fils de Jo (qu’il appelle affectueusement« papé ») et nous l’avions déjà mentionné en tant que batteur de la formation Ghost Note dont fait également partie son grand père.
Cette année Hugo est à l’affiche de ce 26 ème festival avec son propre groupe C2H.
Mais revenons tout d’abord sur le parcours de ce garçon….

Avec Jo pour aïeul, Béatrice ( sa maman ) qui a pratiqué le saxo et le chant… le solfège a forcement été un passage obligé de la prime enfance pour ce descendant de cette famille pour laquelle la culture musicale occupe une très grande place.

A 10 ans, le gamin se tourne vers les percussions (notamment africaines) et il bénéficie de l’enseignement de François Louis une pointure de cet art. Puis vient l’adolescence et les années lycée où avec  quelques copains  ils constituent un groupe de rock informel. La musique est bien installée dans la vie du teenager, un peu trop même puisqu’il décroche son Bac Lettres  à l’arraché.
Puis direction Toulouse où il fait deux années de Fac en musicologie-Jazz. En parallèle, il intègre l’école internationale de batterie Dante Agostini dirigée par Daniel Dumoulin qu’il qualifie de Grand Monsieur. Un avis d’ailleurs entièrement partagé par Jo.

Aujourd’hui Hugo, déborde d’envies, de curiosité de tout…   féru de plein de choses …   il est presque victime d’un éclectisme  qu’il a parfois du mal à canaliser… mais le jeune homme a tout de même la tête sur les épaules et est pleinement conscient qu’il est difficile de nos jours de vivre de la musique. C’est pourquoi, il prépare actuellement 2 concours, l’un pour être bibliothécaire  l’autre aide-soignant. Des choix qui peuvent sembler étonnants mais qui en fait reposent sur des pôles d’intérêts bien ancrés: L’un son attrait pour les lettres, l’autre son inclination pour la psychologie. Quelle que soit sa future profession… il n’en restera pas moins musicien.

C2H
Avec deux comparses, notre batteur trébéen a créé le trio C2H… cette appellation qui peut faire penser à une formule chimique est en fait basée  sur les initiales des protagonistes de la formation : Charlotte , Henri et Hugo.

Ils se sont connus en Fac et mettent leurs talents et leurs diversités culturelles au service d’une musique qui au final est un amalgame  de sensibilités et ne peut entrer dans un genre bien défini.  Le jazz y a tout de même une place prépondérante.
Charlotte Bonnet a dans ses bagages des formations percu-classique  et chant lyrique… Henri Lassemillante d’origine réunionnaise se commet à la contrebasse et a le rythme dans les tripes.

Dans le cadre de ce festival qu’Hugo connait bien pour y avoir été spectateur tout d’abord puis intervenant lors des bœufs (ou Jam Session) de « La Cave » qui s’anime en after des concerts… C2H livrera une set list qui mettra en exergue plusieurs influences. Des reprises de standards de Bill Evans, Nougaro, Gainsbourg… qu’ils s’appliquent à rendre inattendus. Des compos empreintes entre autres de  maloya ce genre musical réunionnais mais aussi de tendances arabo/andalouses… bref ! un large panel et un bel amalgame de genres et rythmes à découvrir.

C’est donc dimanche à 16h à Conilhac  que l’on pourra applaudir les C2H. Simone et Jo qui comme chaque année contribuent à la logistique ( pour elle) à la présentation (pour lui ) de ce festival seront bien évidemment aux premières loges pour applaudir leur « petit ».

 

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page