Infos flash

Categorie : Société de Pêche

Les Pêcheurs en Assemblée Générale

Nos pescofis se sont réunis autour de Jean Pierre Arcier leur président,  Gérard Falandry leur vice président et Jean Pierre Graves leur trésorier pour un bilan de l’année écoulée et les annonces 2013 que vous pouvez consulter en détails en cliquant ICI  . C’est à Roger Cathala qu’est revenue la carte offerte par tirage au sort ce soir-là

Y sont mentionnées les diverses dates le la saison avec notamment celles d’ouvertures…
1ère catégorie :
-truites : du 09 mars au 15 septembre
-ombres : du 18 mai au 15 septembre

2ème catégorie :
-truites Farios : du 09 mars au 15 septembre
-truites AEC : du 1er janvier au 31 décembre
-ombres :du 18 mai au 31 décembre
-carnassiers : du 1er janvier au 27 janvier
et du 1er mai au 31 décembre

 Le grand évènement de 2012 est incontestablement la vidange du Lac que vous pouvez  retrouver dans nos pages cliquez ICI 

Apprentissage Pêche à la Mouche
Dès Mercredi 16 Janvier,  un rendez-vous tous les 15 jours de 14h à 17h sera animé par Jean Pierre Graves pour une initiation pêche à la mouche  qui s’adresse à tous à partie de 14 ans . Dans un premier temps, il s’agira de l’apprentissage du montage de mouches à la salle de l’association au 1er étage de l’OMSL .  Puis viendra le temps de la pratique au lac et en rivière ( pour ceux qui sont détenteurs de la carte rivière)

Vous pouvez le contacter au 06 15 68 31 71.

 

Société de Pêche

peche6

logo pêche pt Activité: Pêche
Adresse: 10 rue de la loire
Tel: 06 63 56 37 42
Président: Christian Nazarre
Site: Cliquez ICI
Info + : Création : 1931Des images de nos pêcheurs dans les années 90  Cliquez ICI

articles

La Journée Grosses Truites

       La météo exécrable en début de matinée s’est avérée plus clémente dimanche pour accompagner nos perscofis pour ce rendez-vous annuel “Grosses truites”.
Le trophée remis peu avant midi  est revenu à Alain Dubost, juste après quelques propos de leur président Jean Pierre Arcier concernant des informations de l’association.
La pêche au Canal du Midi sera soumise à conditions , durant la période de “chômage” qui débutera bientôt..  les précisions seront données dès réception de l’arrêté préfectoral.
La date de  l’assemblée générale est calée, elle aura lieu le vendredi 11 janvier  à 18h dans le hall de l’OMSL.

 

Dame Truite n’a pas boudé Nos Amis Pêcheurs

       La météo chagrine de ce dimanche matin , n’a pas découragé les 56 participants ( dont 2 jeunes, 3 dames et 8 vétérans) du concours organisé au Lac. Bien équipés pour attendre que dame truite morde à leurs appâts, ils étaient nombreux à être récompensés de leur patience et les organisateurs ont enregistré 109 prises. Les deux Jean Pierre et Gérard penchés sur les quantités et les poids ont défini le classement des gagnants du jour comme suit…

1er JOUVE Alain 13 prises   2215 points
2ème GERMINAL Patrick  13 prises 2030 points
3ème PIQUES Jacques 9 prises 1495 points
4ème DUBOSTS Alain   7 prises  1215 points
5ème BARDY Paul 3 prises        1095 points (dont 1 grosse de 740 gr)
1ère dame ESCUDIE Jeanine 4 prises 13ème au classement général
1er vétéran BARDY Paul 3 prises 5ème au classement général
1er jeune ARCIER Alexy 3 prises 16ème au classement général
Trophée grosse truite  BARDY Paul 1 truite de 740 grammes

La distribution des récompenses, composés d’accessoires pour parfaire l’équipement du pêcheur, de produits locaux, bons d’achats… était suivie du traditionnel apéritif.

Notre tour du Lac, tout en sourires de nos amis pêcheurs… et la remises des prix

  

Nos pêcheurs taquineront Dame Truite

Annonce  23  Septembre
Les responsables de l’association de Pêche avaient programmé un déversement de 60 kg de truites  au début du mois ( nos images) et 80 autres cette semaine pour le concours qui aura lieu dimanche matin.  Le bureau s’est planché sur les derniers détails pour la parfaite organisation de ce 2ème rendez-vous de l’année.  Comme de coutume nos pescofis trébéens  seront très matinaux dimanche matin pour taquiner dame truite.

Informations au 06 12 48 57 79

 

Nos images du Challenge Intermarché de nos Pêcheurs

       D’une part notre trombinoscope des pêcheurs , puis la remise des prix
Vous trouverez les résultats de ce challenge sur le site de nos pescofis cliquez ici

 

Rempoissonnement du Lac

       Après la vidange du Lac le mois dernier, la phase de remplissage est toujours en cours. Cette opération repose sur la capacité de la pompe d’alimentation. L’eau introduite dans le lac provient de la nappe phréatique du lit mineur de l’Aude. Cette nappe n’étant pas inépuisable, le remplissage s’interrompt par moment et nécessitera surement encore une quinzaine de jours. Le niveau actuel est suffisant pour que la société de pêche puisse effectuer l’introduction de poissons. Ainsi cette semaine 40kg de gardons, 40kg de carpes âgées de 2 étés (on parle d’été et pas d’année pour les poissons) et 50kg de Carpes de 3 étés ont été déversés. Une opération qui a été quelque peu contrariée par le fait que le véhicule par son volume n’a pu stationner en bordure du lac. Le président et les pêcheurs présents ont donc du se retrousser les manches et effectuer le transfert.

Réouverture
La réouverture de la pêche au Lac est envisagée pour le samedi 3 mars. La veille un déversement de 100kg de truites est programmé. Deux autres également de 100kg auront lieu les 9 et 16 mars.

Les cartes
Pour acquérir les cartes de pêches, nos pescofis  peuvent s’adresser aux 3 buralistes de la ville ou à l’office de tourisme. Ils peuvent également utiliser le site http://www.cartedepeche.fr/  

 

La pêche au Lac est réouverte

Le lac n’est toujours pas arrivé à son niveau souhaité de remplissage mais la pêche y est à nouveau autorisée. Après le rempoissonnement en gardons et carpes effectué fin février, c’est un déversement de truites qui a eu lieu vendredi. Dès samedi les pêcheurs ont pu poser leurs cannes. Respectueux, ils ne sont pas descendus sur  le gravier qui tout autour du lac n’est pas encore recouvert par les eaux. Le prochain déversement sera effectué dans l’Orbiel

 

Des truites dans l’Orbiel

Nous avons suivi plusieurs fois nos pêcheurs lors de déversements de truites dans le lac… cette fois c’est sur la route de Villalier  que rendez-vous avait été pris avec le ” livreur de truites” pour les introduire dans les eaux de l’Orbiel ( 80 kg). Après les avoir transvasées dans des grands récipients, par binômes nos pêcheurs se sont rendus sur plusieurs lieux stratégiques pour le déversement final. Ne pouvant les suivre tous simultanément, nous en avons accompagné deux jusqu’au bout de l’opération.

Dès son immersion dans l’Orbiel , dame truite a fait montre d’une grande vigueur en remontant immédiatement le courant. Nos pescofis peuvent maintenant tenter de la séduire et la taquiner.

 

La Vidange du Lac

       C’est dans la lumière encore rougeoyante de l’aube, que les premiers pêcheurs se sont mis en œuvre au lac pour une matinée exceptionnelle. L’objectif du jour était de terminer la vidange de l’étendue d’eau en sauvant un maximum de ses habitants. Nous avons suivi, pas à pas, les opérations pour un reportage comme nous aimons les réaliser et vous les faire partager.
Précédemment, le niveau du lac avait déjà été réduit de moitié… Très tôt ce mercredi matin, les vannes permettant l’évacuation des eaux vers l’Aude étaient rouvertes et une équipe se mettait en place pour récupérer un maximum d’alevins à la grille de sortie. D’autres bénévoles mettaient à profit l’attente des techniciens de la Fédération de Pêche et du matériel de sauvetage, pour sortir de la vase et des bords les immondices  qui souillaient  l’étendue d’eau.

Les Préparatifs

Dès son arrivée, Henri Chavanette, hydrobiologiste chargé de missions à la Fédération, faisait un point avec les principaux responsables de la Société de Pêche Trébéenne : définissant le déroulement des opérations, les tâches à effectuer et le nombre d’hommes nécessaire. Deux autres membres de la Fédé l’avaient rejoint.

Lors du breafing général, Henri Chavanette  mettaient en exergue quelques points cruciaux: la durée de vie des poissons hors de l’eau étant limitée, il appuyait sur  l’importance d’agir rapidement. Plusieurs postes, tels que la table d’enregistrement des poids, mesures et quantités étaient mis en place. D’autres trébéens devaient se charger du marquage des poissons (qui permettra dans l’avenir des études des populations aquatiques) et de l’application d’un désinfectant après l’acte.  La première contribution des bénévoles trébéens venus nombreux s’est présentée en une chaîne humaine pour remplir les containers.  Plusieurs contenants,  alimentés en oxygène, étaient ainsi fin prêts pour accueillir les poissons par types d’individus.

En chef d’orchestre de cette opération d’envergure, le technicien de la Fédé, exposait ensuite les consignes pour ceux qui allaient participer à cette mission sauvetage pratiquée à la pêche électrique au cœur des manœuvres . Tous ceux qui intervenaient dans l’eau devaient impérativement enfiler des waders en néoprène et gants en caoutchouc, afin d’être protégés par ces isolants des décharges électriques. Les épuisettes en alu étaient bannies au profit de celles mises à disposition disposant d’un manche de bois. A son tour Henri Chavanette s’équipait de son matériel : Un wader bien évidemment, un boitier contenant des batteries capables de transmettre  à l’anode (cercle au bout d’une tige sur nos photos) des charges de 200 à 380 volts. Un procédé qui assomme seulement et momentanément le poisson.

En action…

L’équipe opérationnelle intervenait tout d’abord dans la vase au milieu du lac pour la récupération de quelques individus  dont une anguille que vous pouvez apercevoir sur l’une de nos photos.

La vidange du lac était alors stoppée, et la partie la plus sportive de cette matinée pouvait alors commencer….

C’est sur le  1/5ème environ  du lac, plus profond coté pont de l’Aude, que les hommes ont pris place. Une poignée d’entre eux, avaient en charge le filet, qui tendu d’un bord à l’autre permettait de réduire peu à peu la zone d’intervention et faciliter ainsi le travail de ceux qui récupéraient les poissons.  Comme s’y attendaient les responsables de l’association de pêche locale, leurs craintes étaient bien fondées,  et parmi les carpes, gardons, brochet … les indésirables silures étaient bien là . Une trentaine de ces carnassiers ont été retirés, dont le plus monstrueux qui affichait les 1, 80 mètre et 60kg, suscitant, lors de sa prise, des exclamations parmi les spectateurs massés sur les berges.

Destinations des poissons

Le pisciculteur qui était là pour récupérer les truites, qu’habituellement il vient déverser, avait fait le déplacement pour rien puisque seulement 2 de ces poissons ont été trouvés. Nombre de carpes, brochets et autres ont été évacués dans les eaux de l’Aude où ils poursuivront leur destin, jusqu’à ce que l’appât d’un pêcheur leur soit fatal. Les silures sont partis en direction d’un étang à Bram qui est en gestion « No Kill » (pas tué),  autrement dit : où la pêche se pratique seulement avec remise à l’eau des prises. Nous avons  été très surpris par quelques autres habitants sortis du Lac : en effets nous avons découvert des écrevisses de Louisiane et des anodontes (grosses moules). Ces dernières  ne sont pas comestibles, mais sont bénéfiques pour le lac par leurs capacités à filtrer l’eau.

Bilan de la matinée

Après plus d’une heure d’actions intenses venait l’heure du bilan pour le représentant de la Fédé : sur le plan humain, Henri Chavanette estimait que les intervenants trébéens avaient été très efficaces. L’estimation du sauvetage est de 700kg de poissons, un volume que l’hydrobiologiste avait envisagé à la baisse, en tenant compte du fait que le lac, ayant un liner en son fond, ne permet pas l’échange qui se produit entre l’eau et la terre dans les lacs naturels. En détails : 2 truites, un brochet (1mètre, 8kg environ), 2 anguilles, un millier de gardons, 124 carpes, 30 silures.

A midi tout ce petit monde passait à table pour un déjeuner requinquant après tous ces efforts.

Ils ont dû y revenir….

Mais en fait l’histoire ne se termine pas là… en effet, en début d’après-midi les pêcheurs trébéens s’aperçoivent qu’un « chasseur » est encore en activité dans la poche d’eau  restante. Les professionnels n’étant plus là, les dirigeants de l’association prennent la décision de vider totalement cette enclave. N’ayant plus de moyens techniques à disposition, ils ont fait appel aux pompiers trébéens et  à leur matériel de pompage pour descendre encore le niveau. Ce sont encore une dizaine de silures, une trentaine de carpes et des petits poissons à profusion qu’ils ont évacués du lac.  

Ce soir, il ne reste que 30 à 40cm d’eau, et les pêcheurs Trébéens de l’AAPPMA, ne veulent pas s’arrêter là, il n’est pas question pour eux qu’il puisse rester un seul silure dans le lac. Alors demain matin, ils se remettront au travail pour que le lac soit un total « no fish land » et n’héberge plus aucun habitant.

La date de remise en eau n’est pas encore déterminée, et une éventuelle étape de nettoyage est à l’étude. A suivre …. 

Le Silure: Monstre d’Eau Douce, inquiète les pêcheurs du Lac

       Ces temps derniers, dans le petit monde des pêcheurs, il est un sujet de discussion qui préoccupe grandement : Le silure. Ce poisson considéré comme un “carnassier charognard”  s’est installé dans les eaux du Lac. Même si les individus de cette espèce péchés à Trèbes ne dépassent pas 80 cm, sur les photos que nous avons trouvé sur le web ( nous nous engageons à retirer toute photo sur demande de leur auteur) vous pourrez comprendre pourquoi ce poisson est considéré comme un monstre d’eau douce.

Si l’arrivée du silure est récente en France (L’abbé Bonnaterre en 1788, parle du silure glanis, dans Tableau Encyclopédique de la Nature, en appelant ce poisson le mal), il s’agit cependant de la deuxième vague de colonisation. Les archives paléontologiques prouvent que le silure glane était présent en France au Pliocène (-2 à -5 millions d’années) près de Perpignan. Mais les glaciations ont eu raison des populations de silure implantées à cette époque, et l’aire de répartition a considérablement diminué, pour ne subsister que dans certaines zones-refuge, notamment le Danube pour les populations de silure d’Europe centrale.

Les premières interrogations concernent l’arrivée de ce poisson dans le lac : sont-ce des œufs fixés sur des pattes de canard ou autre oiseau, est-ce une main malintentionnée? Finalement peu importe la réponse, le fait est qu’ils sont là et bien là au grand dan de nos pêcheurs.
Déjà en juin 2009 : première alerte, 150 silures avaient été signalées et le 4 septembre dernier une vingtaine de spécimens a été péchée. L’ouverture de l’un d’eux confirmait la voracité de la bête à se nourrir des truites déversées dans le lac puisque son estomac en contenait 2. Avec les déversements de truites effectués régulièrement, on imagine facilement que le silure avec sa bouche démesurée doit se croire dans un super garde-manger.

Au début de l’été le conseil d’administration des pêcheurs les incitait à contribuer à l’éradication de ce fléau en utilisant le leurre ou le vif. Hélas, l’état des lieux en ce début de saison hivernale révèle que le seul moyen d’espérer débarrasser le lac de ces voraces intrus est d’envisager la vidange totale du Lac. Une telle opération ne peut être réalisée qu’avec l’accord des différentes instances concernées dont en premier lieu la municipalité. Les demandes ont été effectuées…

Si ce couteux projet se réalise, il s’agira dans un premier temps d’arrêter les pompes et d’évacuer l’eau pour n’en laisser qu’une cinquantaine de centimètres. La suite de la procédure se concrétiserait par une pêche électrique qui assomme seulement le poisson. Les truites récupérées seraient confiées au pisciculteur. En ce qui concerne les poissons blancs, gougeons, gardons, carpes, tanche aucune décision n’est arrêtée. La dernière phase de récupération se ferait au filet et serait suivie du nettoyage du fond. Outre les moyens financiers cette opération sous entendrait d’importants moyens humains, mais pour cela les membres du CA de la société de pêche devraient pourvoir compter sur leurs nombreux adhérents et qui sait … quelques Trébéens se sentiront peut-être solidaires et pourraient prêter main forte.  En l’attente Jean Pierre Arcier le président et nos pêcheurs Trébéens restent très préoccupés.

Photos : l’un des individus de cette espèce mesure 2,52m

 

Règlement Estival de la Pêche au Lac

peche

Jusqu’au 31 août inclus, la pêche au lac peut se pratiquer à tous les modes, à la cuillère y compris.Le conseil d’administration a pris cette décision dans le but d’éliminer les espèces indésirables (silures, brochets, …).

Il est donc demandé aux pêcheurs de ne pas les rejeter dans le lac, mais de les conserver s’ils le souhaitent, ou de les jeter dans des sacs plastiques fermés dans les poubelles.

Cependant, durant cette période, les autres articles du règlement restent inchangés, et l'”appâtage” pour la truite reste lui aussi interdit.

Le règlement sur le site de la Société de Pêche cliquez ICI

 

Revenir en haut de la page