Infos flash

Archives des mots-clés : portraits

Jen et Elo, les “Audachieuses” veulent faire le Rallye des Gazelles, aidons les !!

Gazelles-2pt

Jennifer Royer et Elodie Campoy étaient, de longue date, admiratives des femmes qui se lancent chaque année dans le Rallye Aïcha des Gazelles au Maroc, jusqu’au jour où elles se sont dit « pourquoi pas nous ? »

L’été dernier, elles sont revenues d’une journée d’information, la tête pleine de rêves et déterminés à les concrétiser.
Ces deux supers copines d’enfance, l’une infirmière à Carcassonne, l’autre chargée de mission en développement local dans les P.O., ont aujourd’hui 28 ans. Liées par une belle amitié, elles sont aussi très actives : Elo pratique le foot depuis 10 ans et Jen est pompier bénévole du centre de secours trébéen, elle fait également partie du groupe GRIMP (groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux).
Il leur fallait « un nom de guerre » et elles ont choisi les « Audachieuses », un mot-valise qui définit bien ces nanas audoises et résolues.

Un énorme premier défi 
C’est à deux défis que les deux jeunes femmes se confrontent… Si l’un ne débutera que sur la ligne de départ du rallye d’avril 2017 (comme elles l’espèrent, sinon ce sera pour 2018),  l’autre, auquel elles s’attellent depuis plusieurs mois, et qui n’est pas le moindre, est de réunir les 29915€ du budget nécessaire. La location du véhicule (un Toyota Land Cruiser KDJ 90/95), sa préparation, qu’elles aimeraient confier à Pays Basque Expérience (déjà partenaire de précédentes participantes), et l’assurance, représentent les plus importants postes de financement de l’aventure.
Alors nos deux gazelles, même si elles peuvent compter sur le soutien et le suivi des organisateurs du rallye,  ont dû entrer dans la peau du chef d’entreprise qui met tout en œuvre pour réaliser son projet.  Elles multiplient les rendez-vous avec d’éventuels partenaires, programment des initiatives comme un loto en novembre prochain… pour réunir les fonds
Ce soir sur le marché Nocturne
Elles seront présentes sur le marché nocturne de ce vendredi sur les berges du canal, l’occasion de rencontrer ces jeunes femmes enthousiastes et passionnées,  qui proposeront stylos et autres petits articles

 😉 Pour aider nos Audachieuses, « parce qu’elles le valent bien », sponsoring, réseaux, parrainage, idées, coup de main, toutes les aides sont les bienvenues. Il est également possible de contribuer à leur réussite sur le web, où elles ont ouvert une cagnotte leetchi que vous trouverez sous le nom « L’Odyssée des Gazelles 11 et 66 » cliquez ICI.

Francis Gibert a reçu la médaille de Bronze de Jeunesse et Sport

francis gibertMercredi soir, dans les salons de la Préfecture, notre Trébéen Francis Gibert était parmi les récipiendaires des médailles de Jeunesse et Sports épinglées par notre préfet Louis Le Franc.
Les trébéens connaissent bien Francis qui durant de longues années a été l’un des gendarmes de notre brigade jusqu’à sa retraite. Mais si vous n’avez jamais eu l’occasion de fréquenter les stades de foot  de notre ville ou de la région, vous ne savez peut-être pas qu’il est aussi un fervent acteur du monde du ballon rond Audois. C’est pour cet engagement dans le milieu sportif et plus particulièrement dans celui du football qu’il était récompensé ce soir là. C’est Claude Lacour son président du district de l’Aude et ami qui avait suggéré sa nomination.

C’est, en effet, pour toute une vie de dévouement à ce sport qu’il s’est vu remercié lors de cette cérémonie. 
Après avoir tapé dans un ballon dans les rues de Villepinte dans son enfance, il chausse les crampons à 13 ans pour le club local en 1961 et un peu plus tard en junior il sera de l’équipe championne de l’Aude. De 1965 à 1968, il s’expatrie au Villasavary, jusqu’à son départ en novembre 1968 pour effectuer son service militaire. De 1970 à 1974, sa vie professionnelle lui fait regagner l’Escadron 5/15 de Gendarmerie Mobile à Chambery. Il intègre alors l’équipe de football de cette unité avec laquelle il sera champion de la 5ème région militaire durant 3 années consécutives.  Puis  de retour dans l’Aude, il  réintègre son club d’origine en 1979 et ce jusqu’en  1981. En 83,  c’est à Capendu qu’il poursuit son aventure sur le terrain  jusqu’en 85 où il arrête définitivement la compétition.

 Plus de compétition, mais il tape encore dans le ballon jusqu’en 98 notamment avec le club de la Gendarmerie de Carcassonne ou encore avec l’Association Football Plaisir. Il arrête réellement son parcours de footballeur à 50 ans à l’issue d’un tournoi de vétérans.

 S’il a quitté le périmètre de jeu au poste de joueur, pas question de quitter la maison foot… il sera notamment trésorier de l’amicale des anciens du Villasavary  durant 10 ans .  Francis  a également exercé l’arbitrage en district de 1986 à 2002,   la limite d’âge, le contraignant ensuite à arrêter cette fonction.

Qu’à cela ne tienne , il ne peut plus arpenter le terrain, mais reste dans ce milieu qu’il affectionne tant, il s’occupe de la formation des arbitres. Il était entré en  2000 à la commission départementale des arbitres et devient vice président en 2009, fonction qu’il occupe toujours. De 2000 à ce jour, il est membre de la commission d’appel. En 2008, il prend la Présidence de la commission d’appel disciplinaire, poste toujours d’actualité. Il est élu le 25 octobre 2004 au Comité Directeur du district et y assure la désignation des arbitres depuis cette date.  Plus récemment,  il est élu en décembre 2009 au Comité Direction de la ligue, en tant que membre, et depuis  juillet 2006, il est délégué ligue.

Oui ! c’est bien toute un vie de footeux passionné qui est tracée dans le CV de Francis, même s’il avoue juste deux petites infidélités avec quelques passes de handball au Collège et la pratique de la pétanque durant les vacances.

et Claude Lacour …
Même s’il n’est plus Trébéen, nous tenons à saluer la médaille de Claude Lacour, qui lui aussi connait par coeur le paysage footballistique de notre département auquel il donne énormément et que l’on croise souvent parmi les supporters des rencontres qui se déroulent chez nous sur le stade de l’Aiguille.

Nos Images


Si vous consultez le site sur un Ipad vous pouvez voir les images de ce sujet en Cliquant ICI

Les Remarquables Sculptures de Sébastien Faure

scupture-sébastien faureSi vous n’avez pas eu l’occasion d’approcher les arènes depuis début juillet, vous n’avez peut être pas remarqué des deux musiciens  de fer qui trônent  fièrement.
Ils nous révèlent le talent  insoupçonné d’un Trébéen …  Sébastien Faure,  discret employé au service technique de la municipalité  est le géniteur de ces deux superbes silhouettes.  Il a aujourd’hui 45 ans et  besogne depuis déjà 22 ans pour la ville, au quotidien la mécanique et la serrurerie sont les deux principaux domaines qui lui sont confiés dans les ateliers de la route de Béziers.
Ayant grandi dans le monde agricole, Sébastien a côtoyé le fer pour ainsi dire toute sa vie, notamment à travers tout ce matériel qu’utilise les hommes de la terre. Il s’est tout d’abord familiarisé avec le poste à souder pour des besoins pragmatiques.
Ce n’est que depuis une dizaine d’années qu’il taquine le fer, le plie à ses désirs pour donner naissance à des créations artistiques. Ses premières réalisations sont nées spontanément, par envie tout naturellement et elles ont  pris place chez des amis.

scupture-sébastien faure2Tout à son  plaisir à façonner le fer Sébastien a t’il conscience de son talent? Rien n’est moins sûr, tant cet homme est pétri de simplicité  et de réserve  concernant son habileté et sa créativité.
Domicilié à Grèzes  Herminis ,  près de son habitation il a eu l’opportunité de disposer d’une vieille grange , il a ainsi l’espace voulu pour se livrer à toutes ses occupations “encombrantes”.  Mais c’est bien chez nous, à Trèbes que sont nées les deux sculptures qui s’offre au regard de tous.

C’est en mettant à profit ses pauses d’entre midi et deux, qu’il a engendré tout d’abord le personnage féminin et sa guitare. Après avoir récupéré des matériaux, issus d’outils,  de rebuts de machines agricoles, usés, cassés,  tombés en désuétude, il a laissé libre cours à son imagination.  Dents de grappins, disques de semoirs,  lames de barriques, ferraille pour béton armé, sont devenus en une quarantaine d’heures sous ses mains cette admirable musicienne de fer.

Pour le saxophoniste,  l’histoire est toute autre…   
La fière allure de cette guitariste qui séjournait discrètement près des ateliers, s’est propagée de bouche à oreille… Stéphane Aldeguerre  adjoint au maire ayant en charge l’urbanisme en estimant la qualité de la sculpture a convié Lydia Aldana l’adjointe qui dirige la commission culture à venir la découvrir. Tous deux ont rapidement considéré qu’elle méritait une place de choix dans notre ville.
L’indéniablement intérêt artistique  suscité par cette réalisation, a éveillé en eux l’idée d’accompagner cette musicienne d’une autre silhouette … et pourquoi pas  un  saxophoniste,  si en sus il portait de petites lunettes rondes, il incarnerait René le saxo cher aux trébéens…   Ils ont formulé la suggestion à Sébastien qui a adhéré à cette perspective et s’est exécuté.  Cette seconde réalisation figurative a à son tour nécessité une trentaine d’heures de travail et c’est ainsi que, peu avant les Festivales début juillet,  le talent de notre discret artiste à travers ces deux œuvres s’est offert aux regards des Trébéens .

L’habileté et la créativité de Sébastien se sont aussi concrétisées  dans un autre assemblage, réalisé avant le saxophoniste”,  sur un tout autre thème,  mais tout aussi remarquable. Cette autre composition que vous pouvez voir sur notre diaporama illustre notre ville et notre région: une croix occitane, les 3 B , des raisins et des tournesols s’y  côtoient  harmonieusement.  En l’attente d’une place de choix dans notre cité, elle est encore à l’abri des regards, mais provoque l’admiration de ceux qui ont la chance de la découvrir.

Chapeau bas Sébastien !!
Si comme nous vous éprouvez un véritable coup de cœur pour son travail, ne manquez pas de lui exprimer votre appréciation de son talent!  

Oups!!  nous avons oublié le diaporama dont nous faisons mention dans le texte !!! Le Voila 😉


Si vous consultez le site sur un Ipad vous pouvez voir les images de ce sujet en cliquant ICI

De Jean Paul Albouy à The Albouyz …

jean-paul AlbouyCe 21 juin 2013, est bien évidemment jour de  “Fête de la Musique” mais il est aussi date de sortie pour le nouvel album de Jean Paul Albouy  “Folk Fiction” …

Même s’il réside ailleurs aujourd’hui pour des raisons professionnelles, Trèbes  reste “sa” ville, celle où il a grandi, gratté ses premières cordes de guitare et lâché ses premiers sons dans un micro…

Albouy ne vous dit peut être pas grand chose, mais si l’on précise la famille Diaz , Jeanine ( Nany) sa maman , Virginie  et Jordy pour  sa fratrie, cela parle forcément aux Trébéens.

Dès le début des années 90, avec ses potes Jean Michel Biel et Benoit Diédrich, ils taquinent le rock en formant le groupe ” Black Misery” et vivent de belles aventures musicales: à   Montirat chez Gérard De Castro, sur la scène de la “feue salle des fêtes” dans le vieux village, mais aussi au festival Sofi Rock à Antibes…

black-misery
Quelques années plus tard Jean Paul se tourne vers la musique électronique  et est l’un des précurseurs qui déposent leur musique sur le web. Il est en effet  parmi les premiers à déposer ses compositions sur le site mp3.com,  ce qui lui vaut d’être mentionné dans le quotidien Le Monde qui citait un chanteur international David Bowie, un de renommée nationale Alain Souchon et Jean Paul pour l’exemple du musicien lambda.  L’émission ” Plus vite que la Musique” sur M6 avait également zoomé sur ces avant-gardistes.

Un peu plus tard, c’est à nouveau avec un trébéen, David Oña, qu’il fait un bout de chemin de 6 ans dans le registre électro-pop  sur les difficiles routes du monde musical.   Des promesses non tenues de décideurs et les déceptions accumulées le conduisent à renoncer à la musique…

Puis il y a de cela 3 ans, c’est l’écoute par hasard sur web de Damien Rice le chanteur irlandais qui s’impose à lui comme une évidence  et le réconcilie avec la création musicale. Il retrouve chez l’artiste la démonstration que l’on peut livrer ses chansons sans artifice avec seulement une guitare et un micro…  il se remet au travail et naîtront les ” Démos Originelles” 5 titres qui seront un avant goût de la “galette” qui sort aujourd’hui…

Difficile de définir le genre musical de Jean Paul aujourd’hui,  même si  l’on décèle l’influence folk, les créations de ce touche à tout restent personnelles. Alors que la tendance actuelle est au festif, notre Trébéen se situe à contre courant. Ses eurythmies baignent majoritairement dans une atmosphère de suave mélancolie rythmée, sans jamais être “plombantes”, elles nous amènent à un balancement tout en légèreté. Il a choisi l’anglais pour sa sonorité et les thèmes de ses textes abordent des sujets souvent douloureux…  la rupture, le deuil notamment inspiré par la perte encore récente de sa maman Nany.  Jugez vous -même cliquez ICI 

Le live de The Albouyz… intimiste
Lorsque Jean Paul livre ses chansons au public c’est donc dans un “dénuement” qui lui confère une authenticité indéniable. Impossible de tricher lorsque l’ont est face au public avec seulement une guitare pour accompagnement. Il y a 6 mois de cela, Claudie sa compagne à la vie , l’est devenue à la scène, comme ça … naturellement et l’harmonie entre eux est évidente. 20 titres dont seulement deux reprises de Damien Rice en introduction et en final, en hommage à celui qui l’a sorti de son no man’s land musical. Pour passer le barrage de la langue et permettre à ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais de “recevoir” les textes, lors de ses concerts  un sous-titrage accompagne les chansons et c’est Jordy son petit frère qui en assure la technique.

Tout récemment The Albouyz a gagné le tremplin musical de Promaude et se voit offrir une “résidence” (disponibilité de scène de travail) mais l’actu du jour est …

La sortie de l’album , sur toutes les plateformes de téléchargement légal Deezer, Spotify, I-tunes…  ici notamment, chez Cultura, Leclerc  et sur ses concerts.

En concert ce 21 juin 2013 à 21h Place Carnot à Carcassonne

A découvrir absolument!!

Revenir en haut de la page