Infos flash

Archives des mots-clés : Jean Baptiste Poite

Belle prise pour Jean Baptiste

j-b-poit-avril2014Même si le poids de cette carpe est bien en deçà de son record qui est de 18,5kg, cette toute dernière grosse prise affiche tout de même 12,8kg à la pesée. Toujours en mode “no kill” Jean Baptiste a relâché celle belle pièce… le plaisir de la pêche et seulement le plaisir!!

Les dernières prises de Jean Baptiste

j-b-poite2

Toujours addict à la pratique de la pêche, Jean Baptiste a réussi de nouvelles belles prises cette semaine. Si habituellement, c’est dame carpe qui se laisse séduire par ses appâts  cette fois ce sont deux autres énormes spécimens qu’il a sorti des eaux de l’Aude. En à peine 1h30 de pêche, il a ramené sur la berge un silure 19,500 kg pour 1,50m environ et un joli sandre de 4 kg.  Même si l’on est loin de ses records il s’agit tout de même d’une belle prouesse. Adepte de la pêche no-kill Jean Baptiste   a comme le plus souvent, rendu sa liberté au sandre qu’un autre pêcheur trébéen aura peut-être la chance de ferrer.

j-b-poite3

Les nouvelles prises de Jean Baptiste

       Nous avons toujours plaisir à faire écho des dernières belles prises de notre passionné de pêche à la carpe. Jean Baptiste avec son compère Guillaume étaient allés taquiner dame carpe à Villeneuve de la Raho près de Perpignan.
Parfaitement équipés pour cette nouvelle épopée, ils n’avaient que faire des rafales de vent et des températures hivernales. C’est durant la nuit que la carpe a succombé  à leurs appâts, Guillaume  ramenait après minuit un beau spécimen de 10,2 kg , Jean Baptiste voyait sa patience récompensée sur les coups de 4h du mat avec une prise de 12,7 kg a 4h20.

Toujours en mode « no kill » (sans tuer) nos passionnés ont rendu ces poissons à leurs destins  après la pesée.  Au cours de cette nuit là, Guillaume en loupait une qui s’est décrochée juste au bord du lac et JB en manquait également une sur une erreur de montage.

La petite Lili qui adore ces sorties nature avec son papa s’est une nouvelle fois éclatée dans son rôle de fervente supportrice.

 

Une Carpe de 18,5 kg … Nouveau Record de Jean Baptiste

       Il y a un an de cela, nous vous contions la passion de Jean Baptiste Poite pour la pêche et plus particulièrement pour la Carpe (rubrique portrait). Depuis il n’a pas cessé de taquiner dame Carpe et il semble même qu’il ait contaminé Lizéa, son adorable bout de chou.

Le week-end dernier , au Lac de St Férréol, le jeune homme a enregistré un nouveau record … il a pêché une carpe de 18,5kg, un évènement  que Guillaume Rigaud, qui partage avec lui cet engouement pour ce loisir, a immortalisé. Bien évidemment comme toujours après la pesée et la séance photos, il a rendu sa liberté à ce monstre.

Sur les images vous verrez Lizéa qui à l’instar de son papa a vécu, elle aussi, un grand moment avec une carpe de 15 kg au bout de sa ligne. Heureusement son papouné était là pour l’aider, et l’empêcher d’être entrainée par l’imposant et fort poisson.  Une belle illustration de complicité entre un papa et sa fillette.

 

Jean Baptiste Poite et la Carpe: Une belle Histoire

 Aout 2011

Il est des passions qui naissent très tôt, celle pour la pêche de Jean Baptiste Poite prend ses racines très loin dans sa petite enfance… Tout petit, dès qu’il le pouvait, il choisissait de dormir chez ses grands parents avec un réel attrait pour les berges du Canal du Midi à coté de la maison. C’est là qu’il pêche son premier poisson : un gardon de 15 cm avec seulement un bambou et un bout de fil. Un grand moment pour le bambin et le début d’une belle histoire avec le monde aquatique. Depuis le plaisir de la pêche n’a cessé de grandir pour devenir une passion qui rythme son quotidien en parallèle de sa vie d’homme.

Très vite J.B., comme le nomment ses amis, ressent un très grand respect pour la nature et c’est sans regret aucun qu’il relâche majoritairement le fruit de sa pêche, même s’il ramène parfois des truites pour régaler sa grand-mère.

Etant enfant, à pied, à vélo, il découvre peu à peu tous les « coins » du Canal, de l’Aude et de l’Orbiel, apprend à connaitre les poissons leurs habitudes et les techniques spécifiques à chacun. De 12 à 16 ans, il participe même à des stages de pêche à Clermont-l’Hérault et se perfectionne pour les carnassiers, la carpe et la pêche au lancer.

Photos :Jean Baptiste Poite
Même si J.B. savoure les longues heures de solitude au bord de l’eau que lui procure la pratique de cette activité, il n’en apprécie pas moins l’échange avec les autres pêcheurs et l’enrichissement qu’il apporte.

Dès qu’il a eu un scooter, notre jeune pescofi, est alors allé découvrir d’autres eaux : avec des copains, il pouvait ainsi partir la veille, se poser autour d’une bonne grillade et s’installer pour être fins prêts le lendemain au levé du soleil pour l’ouverture de la truite.  

Au fil de ses découvertes, un poisson va prendre une place prépondérante dans ses objectifs : la carpe. Si durant de longues années, il la taquine avec une canne à truite, c’est son parrain qui lui offre sa première vraie canne à carpe. Une étape marquante dans la progression de sa passion à laquelle il consacre par la suite une grande partie de son argent de poche.

Nombre de ses copains ont abandonné ce loisir, mais il en est un avec lequel il partage toujours et souvent de belles escapades au bord de l’eau, c’est son pote Guillaume Rigaud de Ste Eulalie. Les deux compères connaissent tout ou presque de la carpe et ils savent que le grand rendez-vous avec cette dame se prépare…

Il n’est pas question de se pointer au hasard un beau matin sur les rives d’un lac ou d’une rivière : Dans ce jeu de stratégie et de ruse, tout est basé sur l’observation. Tout d’abord, il faut choisir le lieu et il s’agit là d’une perpétuelle remise en question, tant la physionomie des cours d’eau et espaces aquatiques changent en permanence au gré des crues. Viens ensuite « L’étape cuisine » qui fait parfois « criser » Colette sa maman, le jeune homme prépare les « bouillettes »en fonction de plusieurs paramètres, la profondeur de l’eau, sa limpidité… A base d’aliments tels que le sel, la farine, l’œuf, le sucre etc  il confectionne sa pâte sous forme de boules, il ajoute aussi des colorants alimentaires que repèrera la carpe selon la pureté de l’eau. Puis sur le site déterminé durant parfois une semaine, il va chaque soir appâter avec ses « bouillettes » et des graines. Il s’agit de faire venir dans un premier temps de petits poissons blancs qui à leur tour feront venir la dame convoitée.
Les meilleures conditions de la rencontre sont alors réunies, mais J.B. sait que cela prendra peut-être plusieurs jours, il appelle cela ses cessions de pêche.  

C’est un considérable équipement, toile de tente, lit de camp, canoë, mallette de pêche complète …qu’il va alors poser au bord de l’eau pour avoir tout le nécessaire pour tenir jour et nuit.  Sur un rod-pod (que vous pouvez voir sur les photos) il installe 4 cannes dotées d’appâts différents comme ceux aux fruits rouges que la carpe trouve habituellement près des berges.

Tout est ensuite question de grande patience, la lady peut se décider à succomber à n’importe quel moment, mais J.B. en pleine osmose avec la nature ne trouve pas le temps long. C’est là que les équipements perfectionnés aident considérablement le pêcheur : des détecteurs de touche signalent la présence du poisson. La promptitude de réaction est alors déterminante car l’animal décelant le danger va tenter de fuir rapidement et de se cacher. Le réel combat commence et J.B. bataille pour toujours tenir le fil tendu et empêcher la belle de se décrocher ou de se réfugier dans des « herbiers » (ces tâches vertes de végétation aquatique que l’on peut voir dans l’Aude) ou autre obstacle naturel. Le combat peut prendre de 10 minutes à parfois ¾ d’heure et durant tout ce temps,  J.B. s’applique à ne pas la stresser, ne pas l’effrayer, ne pas la maltraiter.  Lorsque la bataille est gagnée, le jeune homme récupère délicatement la carpe à l’épuisette, et la dépose sur son tapis de réception afin de ne pas abimer ses écailles et le mucus qui les recouvre en couche protectrice. Vient le moment de la pesée et de la photo souvenir car il faut bien immortaliser les plus belles prises. Le record de J.B. est de 16kg800 et date de juin dernier.  

Puis presque affectueusement, notre pêcheur va rendre sa prise à son milieu naturel, la tenant bien droite et attendre quelle soit à nouveau apte à nager. Sans aucun regret il se dit qu’il la retrouvera peut-être pour un nouvel affrontement un de ces jours.

Les cessions de J.B. ne sont pas toujours fructueuses, il lui arrive de passer 4 jours sans aucune touche, mais il a enregistré aussi de belles récompenses de sa patience comme 17 départs en 3 jours avec seulement 3 manqués.

Le jeune homme a essayé d’amener ses petites copines au bord de l’eau avec plus ou moins de succès, mais il en est une qui apprécie ces journées au coeur de la nature, c’est sa petite Lizéa âgée de bientôt 6 ans. Elle s’intéresse de près à la deuxième passion de son papa, sa toute première étant bien évidemment et sans conteste son petit bout de chou.
Si vous croisez Jean Baptiste, soyez sur qu’il a toujours une canne dans le coffre …. Au cas où !!!

Revenir en haut de la page