Infos flash

Categorie : Chasse

ACCA La Chasse

logo acca trèbes Activité: Chasse
Adresse: 10 Rue du Canigou
Tel: 04 68 78 82 10
Président: Gilbert Ramon
 Des images des années 90 Cliquez ICI

acca trèbes cartes 2019-20

Toutes les infos de la saison 2018/2019 : Dates ouvertures, tarifs cartes…  Cliquez ICI

Retour de Battue de nos Chasseurs

       Si le sanglier était rare sur la commune il y a une quarantaine d’année, la population de ces suidés est ces dernières années en constante augmentation. Cette prolifération concerne la quasi-totalité de l’Hexagone ainsi que l’ensemble de nos voisins européens. L’absence de prédateur est une cause majeure de cette augmentation et les dégâts occasionnés par leur passage sont conséquents.  Nos chasseurs trébéens organisent régulièrement des battues et tentent de réduire le cheptel local. Lors de la dernière battue, ils s’étaient unis à ceux de Villedubert pour ratisser plus large sur les terres des deux communes voisines. Ils étaient 25 hommes  et ont repéré une bonne quinzaine de spécimens. Ils ont mis à terre trois d’entre eux  qui affichaient 65, 40 et 30 kg à la pesée.

En rejoignant nos chasseurs pour immortaliser ce retour de battue, nous avons appris que c’est la fédération de chasse départementale qui paye aux agriculteurs les dégâts que les sangliers provoquent dans les cultures. Un dédommagement qui se chiffre en milliers d’euros.

Sans chipoter sur la sémantique nous pourrions qualifier les battues de nos chasseurs  d’utilité publique et d’intérêt général !

chasseurs-nov2012

Lâcher de Faisans

L’ACCA a procédé à un lâcher d’une quarantaine  de faisans sur le territoire trébéen nous les avons suivis du coté de Béragne…
Ce dimanche 7 octobre, a lieu l’ouverture générale de la chasse…

Nos images

 

Ouverture de la Chasse

Nos chasseurs trébéens avaient rendez-vous vendredi pour le renouvellement de leur carte de Chasse. Dans leur local de Béragne, le bureau autour de leur président Gilbert Ramon, accueillait tous ceux qui venaient ré-adhérer à leur association de chasse. La saison dernière on comptait 46  hommes enregistrés, il faudra attendre la seconde date d’adhésion en octobre prochain pour connaitre l’effectif 2012/2013. Si par le passé Annie et Marie Claude ont apporté leurs présences féminines…  ces dernières années les chasseurs sont totalement masculins.

L’ouverture de la chasse est programmée pour ce dimanche. Cette pratique très réglementée n’autorise à cette date que la chasse de palombes, pigeons  et tourterelles des bois, au poste sans chien et seulement les samedis et dimanche. Ils devront attendre le 1er octobre pour pouvoir chasser tous les jours.chasse2012

 A partir du 3ème dimanche il sera possible de retirer des cartes à la journée auprès de : Gilbert Ramon 04 68 78 82 10 – 06 74 62 61 91 ou André Zarco 04 68 78 61 98 – 06 19 95 15 50

Une Matinée de Chasse

     Le jour ne s’était pas encore levé lorsque nous avons rejoint Gilbert Ramon pour l’accompagner lors d’une matinée de « chasse au poste », qui est autorisée depuis le 17 septembre. En fait, posés après le pont de la Rode, avec vue sur Bouilhonnac, nous n’avons pas vraiment vu ces tourterelles qui ont quasiment terminé leur migration vers le sud, mais nous avons appris énormément sur la chasse,  les chasseurs, leur connaissance et leur respect de la nature.

Comme son nom l’indique la « chasse au poste », impose de s’installer sur un lieu choisi et d’y attendre l’éventuel passage des oiseaux. Le choix de l’endroit tient compte de divers paramètres : du vent par exemple, sachant que s’il vient de la mer les oiseaux volent plus haut et s’il « fait cers » c’est du coté d’Orbiel qu’il vaut mieux se positionner. Si le chasseur est capable de reconnaitre les volatiles à leur forme mais également  à leur vol, l’oiseau sait aussi repérer la silhouette humaine  et la fuir.  Le chasseur doit porter des couleurs qui se fondent dans la nature et peut cacher son visage et ses mains : camouflage  +  immobilité peuvent  donner l’occasion de voir la tourterelle pratiquement  le frôler. L’expérience existe donc de part et d’autre et le gibier est malin : si les jeunes animaux n’ont pas encore la connaissance des plus vieux, le savoir se transmet aussi chez le gibier. La chasse c’est avant tout le plaisir de la nature et si l’homme ramène une dizaine de pièces à la meilleure période de la migration, ce sont des milliers d’oiseaux qui passent et il n’y a pas des milliers de chasseurs sur leur passage. Même si de longues heures de patience ne sont pas toujours récompensées la sortie du chasseur n’est pas vaine et il en profite pour faire un état des lieux de la nature …

Il faut savoir que les chasseurs contribuent par divers dispositifs au développement des espèces qu’ils chassent  afin de toujours respecter un équilibre. Sur Trèbes 10% du territoire n’est pas chassé, constituant ainsi pour le gibier des zones de protection. Pour les oiseaux, entre 30 et 40 égrenoirs sont disposés ici et là dans la nature. Ce sont des cylindres (suffisamment solides pour résister aux sangliers) pourvus d’une petite fente où le volatile viendra se nourrir. Le «toit » de tôle permet de  recueillir l’eau de pluie dont il s’abreuvera. A la période des naissances, l’oiseau s’alimente ainsi plus facilement  et peut rejoindre rapidement son nid et protéger ses œufs qui seuls peuvent être la proie de prédateurs comme la buse par exemple. Avec un sac de blé dans la voiture, des chasseurs s’assurent lors de leurs sorties que la quantité est suffisante. Autre action en faveur du développement du gibier : le débroussaillage, outre le fait qu’il facilite les déplacements du gibier, il favorise aussi les jeunes pousses  de végétation dont il se nourrit.

Du côté de Béragne
Dame tourterelle ne daignant pas se montrer, c’est vers Béragne que nous avons pu en apprendre plus encore.
L’observation permet de repérer la présence d’animaux notamment à travers leurs excréments ou traces de pas. Nous avons pu voir des crottes rondes de lapin femelle (celles du male étant plus allongées), celles  d’un renard, ou encore des traces de pattes de sanglier. Le gibier est vraiment rusé et nous l’avons constaté avec des groupes de perdreaux qui poursuivaient leur petit bonhomme de chemin au sol tant que nous restions dans la voiture, mais qui prenaient la fuite dès que nous sortions pour tenter de les photographier. Un constat qui prouve bien que pour le chasseur il n’est pas si facile que cela de les approcher.
La saison de la chasse qui couvre d’août (sanglier) à fin janvier va se poursuivre avec des dates d’ouvertures spécifiques pour chaque gibier comme le 9 octobre : dans les vignes, le lièvre, la perdrix, le faisan, le lapin. Les dictons des anciens confirment que la chasse est une réelle tradition avec une grande proximité avec la nature, ils vous diront :  à la saint Michel l’appeau est dans le ciel (29 septembre) A la saint Luc lou grand truc (18 octobre) et ce truc c’est le passage en grand nombre des palombes…

 

Revenir en haut de la page